Tous les témoignages cités dans le Livre du 30ième se trouvent dans l’album Témoignages de Facebook


Ce soir, j’ai pris le temps de lire le cahier de témoignages de ma maisonnette..  Eh oui!  Je suis d’accord que tout est beau ici.  C’est la nature à l’état pur.  J’ai été émerveillée par les papillons de toutes les couleurs, les fleurs qui poussent naturellement, qu’elles sont belles.  Dame lièvre et M. Renard ont aussi été présents…et le croassement des grenouilles.  Et oui j’aime cette vie simple où l’essentiel est présent.  Ça me ramène à la simplicité de mon enfance sur une ferme.

Je reste cependant en attente…de quoi?  Je ne saurais les nommer clairement.

Je suis en attente d’une prise de conscience significative.  Après tout, je suis venu ici, pas seulement pour ce magnifique décor, pas seulement pour voir ma gourmandise (encore une fois), pas seulement pour le plein air, pas seulement pour la semaine de vacances en dehors du bureau. J’attends plus!

Peut-être que je suis ingrate, peut-être que j’en demande trop, mais telle que je suis, je viens à toi Seigneur.  Qu’attends-tu de moi Seigneur?  Je te demande la libération de tout ce qui me coupe de ma véritable nature ou du moins, une petite prise de conscience additionnelle. Qu’il en soit fait selon ta volonté Seigneur!

À toi qui m’a lu, je te souhaite de trouver ce que tu es venu chercher.  Ose demander et tu verras…fais-Lui confiance.

Carmen, 2006


Se donner la permission
C’est possiblement l’expérience la plus spéciale que je m’apprête à vivre. Je n’ai jamais manqué de rien et je vis dans l’abondance. Je crois que cette expérience loin du confort matériel et du luxe me permettra de penser sans distractions futiles. C’est le calme ici, je n’entends que le son de la lampe à l’huile et le crépitement doux du poêle à bois. C’est de la pure sérénité…Je suis à un point dans ma vie où je dois choisir quelle carrière j’envisage de faire, c’est peut-être ici que je vais trouver ce que je ferai demain. Ça ne fait que trois heures que je suis ici et je suis déjà apaisé et calmé
Je suis content que mon école me permette de vivre cette expérience!
Jean-Sébastien
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


Le stress en moins
Aujourd’hui j’ai compris le sens du mot « liberté ». Je suis ici depuis à peine 6 heures. Déjà j’ai l’impression que c’est chez moi, moins le stress quotidien. Ma seule tâche est de vivre le moment présent. Mon seul devoir est de m’expliquer ce que je ressens lorsque je vis sans pression, sans contraintes. Mais ce 24 heures est aussi la chance de renouer avec la nature. Cela faisait des mois qu’elle et moi ne nous étions pas parlé, nous ne nous étions pas rencontrés et n’avions pas partagé les plaisirs de la paix, du calme, du silence et de la vie. Voilà en gros ce qu’est la liberté et j’espère que tu ressentiras ces effets bienfaisants.
Stéphane, 16 ans
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


L’écoute de soi-même
On dit que le savoir est dans l’écoute des choses. Pour moi ce n’est pas complètement vrai. Dans ce 24 heures, seulement à écouter le silence, j’ai appris beaucoup plus sur moi. J’ai réglé des problèmes que je pensais ne jamais pouvoir régler, mais depuis aujourd’hui, je sais que le plus grand savoir est l’écoute de soi-même.

Asmon, 17 ans
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Cultiver l’écoute


Confiance en soi
Imaginez, je ne fais qu’un vingt-quatre heures de solitude et je suis terrorisée! Me retrouver seule avec moi-même me fait peur. Je ne suis peut-être pas prête à ce genre d’expérience, je ne suis peut-être pas dans le meilleur état pour en profiter pleinement. J’ai besoin de prendre confiance en moi, j’ai peur de moi-même…Mais lorsque je regarde la beauté féérique des lieux, je prends confiance en la vie.
Marie-Ève
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


« L’orchestre symphonique de Champboisé »
À la batterie : cymbale de pluie
À la guitare : feu pétillant
Au piano : source d’eau
À la flute : souffle du vent
Chanteurs : chœur d’oiseaux
Compositeur : Notre Créateur
Bon spectacle, bonne écoute.
Anonyme
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Éveiller le poète


Les cinq sens à Champboisé
LA VUE me permet : d’observer un fait fascinant
Un brûlot me piquant buvant goulûment
S’enivrant de mon sang et s’envolant lourdement
L’OUIE me permet d’écouter les différents chants de l’eau
La constance de la source du plateau, les clapotis des ruisseaux
Le chuintement de la cascade d’eau, le chef d’orchestre de ce concert est là-haut.
L’ODORAT me permet d’humer les odeurs alléchantes
Des foyers s’élève une fumée piquante
Du boisé se dégage une odeur de feuilles verdoyantes
Le marécage s’emplit d’une humidité pesante
De ma maisonnette se mijote une soupe nourrissante.
LE GOÛTER me permet d’apprécier des saveurs oubliées Une nourriture simple est cuisinée, mes rôties sur le feu sont grillées
Un bouilli de légumes a mijoté, une eau fraîche a été puisée.
LE TOUCHER me permet de caresser des textures loin d’être ennuyeuses
La mousse sur une souche est spongieuse,
l’écorce d’un tronc d’arbre est rugueuse
La fourrure de la chienne est merveilleuse
la nature qui m’entoure est joyeuse.
Anne
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Cultiver l’écoute
_____________________________________________________________________________

Le bonheur des petites choses
Champboisé m’a permis de trouver un autre côté de moi. Je savais qu’en venant ici je serais confrontée à moi-même. Je n’en crois pas encore mes yeux. Réfléchir ça fait tant de bien. On ne passe pas assez de temps à se remettre en question, à savoir si on est heureux, si on s’accepte, si on s’aime. Je n’ai jamais le temps de m’arrêter là-dessus. École, travail et quotidien c’est trop tout à la fois. En venant ici, j’ai pu découvrir la merveille que c’est de tout arrêter et d’aller à son rythme. Ici on n’a pas le choix d’apprécier tout ce que l’on a. Je pense que la société trop matérialiste ne s’arrête jamais pour apprécier ce qu’elle a et pour voir qu’elle est chanceuse. Les gens veulent toujours plus. Moi je réalise que de simples petites choses font le bonheur des gens. C’est difficile de garder le silence car à l’école, tout le monde se connaît très bien mais c’est un défi. C’est tellement bien d’être tranquille et relaxer.
Ariane
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


L’attente joyeuse
Je suis sur le point de quitter. Trois journées merveilleuses dans le calme, la solitude, l’introspection, à lire, me balader, savourer tous les instants. Le soleil, généreux et chaleureux, était en tout temps présent.
La veille de ma retraite, jeudi en fin d’après-midi, j’ai su que j’étais enceinte, quel beau sujet de méditation.
J’amorce donc cette première grossesse en toute sérénité, Dieu à mes côtés.
Merci, à toi l’enfant que j’attends.
Isabelle
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


On ne quitte pas Champboisé, on le transporte dans son cœur, on le garde en soi.

Anonyme
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Champboisé fut pour moi une expérience qui m’a recentrée sur mes besoins essentiels et surtout sur la simplicité des moyens pour y répondre

Anonyme
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


Ralentir
Au ralenti, pour entrer chez-moi en douce
Au ralenti, pour respirer tout simplement et profondément
Au ralenti, pour regarder, entendre et toucher
Voir l’immensité déployer sa beauté
Entendre dans le vent discret une seule vérité
Toucher avec attention à des parcelles de création
Oui, au ralenti je suis entrée chez-moi
Le temps d’une respiration,
D’un regard,
D’un émerveillement.
Yvette
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


Temps trop court
Bonjour à toi cher pèlerin.
Chaque fois que je viens à Champboisé, je suis émue par les messages de paix que se transmettent les gens à travers les pages de ces recueils. Je connais Champboisé depuis l’âge de 15 ans. J’y suis venue environ une dizaine de fois. Chaque fois, je viens chercher la même chose : l’introspection et l’harmonie intérieure et extérieure. C’est trop court une fin de semaine, trop court pour briser la surface et aller tout au fond, au plus profond de son âme. Pour faire le point, c’est difficile de se regarder avec du recul, de se voir tel qu’on est réellement. Peut-être est-ce pour cela qu’une fin de semaine ne me suffit pas pour me livrer entièrement à moi-même dans le silence. Je marche sur une route, ma route. Je traverse des épreuves, je cherche, j’apprends, j’avance, je chemine, je grandis. Mais parfois, je dois m’arrêter pour regarder en arrière et en avant et évaluer la distance parcourue et me réaligner, s’il y a lieu. Parfois, je dois regarder ma boussole interne pour me réorienter, pour faire les bons choix, prendre le bon chemin pour atteindre mes objectifs, et m’arrêter aussi pour prendre le temps d’intégrer tous mes nouveaux apprentissages, et pour écouter la voix de l’enfant intérieur qui vit dans mon cœur, écouter ses conseils, ses émerveillements et ses éclats de rire.
Aujourd’hui, j’ai pris le temps de lire, d’écrire, de prendre une marche, de nourrir les mésanges, de me préparer un bon souper, de déguster chaque bouchée…Je n’ai pas pensé à ma vie quotidienne dans la réalité, à la tonne d’études qui m’attend en revenant chez-moi (c’est à mi-saison), ni aux choix personnels et professionnels que j’ai à faire.
Marie-Aude, 20 ans
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


Sept merveilles
Je suis à la fin de mon séjour. La nature m’a donné ou laissé goûter à la paix intérieure. Champboisé m’a permis de réaliser que plus jamais je serais seule dans mon cheminement si je prends le temps d’apprécier les sept merveilles de Champboisé :
1- Regarde ce qui t’entoure
2- Sens, prends le temps qu’il faut pour sentir les choses les plus anodines.
3- Touche avec respect tout ce qui t’est prêté durant ton séjour.
4- Écoute les mille notes du silence.
5- Parle à la nature, elle t’écoutera et te répondra.
6- Intègre ton expérience au plus profond de toi.
7- Laisse-toi être est le plus important et la nature te révèlera ses secrets et les tiens.
La roche sur le bureau est pour toi. Si tu la prends, cueille-en une autre pour la prochaine personne. Si tu passes des moments difficiles, tu pourras la serrer dans ta main et elle t’aidera, si tu crois en elle.
Anonyme
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Cultiver l’écoute


L’arbre de la liberté
Je me demande s’il n’aurait pas été mieux de ne pas venir et de vivre aussi simplement que les oiseaux ou les arbres, enfin comme la nature. Nous avons tellement progressés que nous avons oublié la simplicité de la nature. Nous nous sommes enfermés dans d’immenses cages que l’on appelle des villes. Nous n’avons plus de liberté. Nous avons coupé le tronc de l’arbre de la liberté mais ses racines sont longues et profondes….
Olivier
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


Redécouvrir l’enfant en soi
Me voici à ma première expérience à Champboisé, cadeau de ma grand-mère que j’ai fort apprécié. J’en suis à la deuxième journée et il est environ dix heures du soir. Le sommeil va me venir vite puisque j’ai eu une journée remplie, pleine de belles découvertes, sur moi, sur les autres, sur la vie, etc. Pour la première fois de ma vie, j’ai fait la paix avec moi-même et j’ai pris soin de moi-même, quelque chose que je n’avais pas fait depuis un bout de temps. J’ai aussi eu la chance de redécouvrir l’enfant en moi que j’avais oublié il y a longtemps et qui ne demandait qu’un peu de place dans ma vie. Je sais maintenant à quel point la vie est belle et qu’il faut chérir chaque instant de sa vie et retrouver la joie dans les petits bonheurs quotidiens. De plus, il faut redécouvrir nos cinq sens endormis dans cette société blasée par tout et réapprendre à s’émerveiller devant tout puisque toute chose est unique. Apprendre à s’arrêter et faire silence afin de s’écouter puisque c’est ainsi que l’on peut mieux apprendre à connaître quel être merveilleux nous sommes. Il suffit de nous rappeler chaque jour ce qui nous rend unique et vous verrez qu’après vous n’aurez plus peur de faire exister sans masque la personne que vous êtes réellement. Vous verrez, vous ferez peut-être ainsi des rencontres enrichissantes. La vie est tellement bien faite, car Dieu met sur notre route tout ce dont nous avons besoin pour être heureux. Il suffit seulement de prendre le temps pour découvrir ce que la vie vous réserve. Le vent contre notre visage, les arbres qui bougent, le soleil qui nous réchauffe de ses rayons, la rivière qui nous laisse en contemplation, le ciel, la lune, n’est-ce-pas des éléments merveilleux qui souvent sont pris pour acquis mais qui valent la peine d’être regardés, d’être entendus, d’être touchés, d’être sentis puisqu’ils nous parlent de nous et de la vie si on les écoute bien. Profitez de la vie au maximum et écoutez votre coeur car lui ne se trompe jamais sur le chemin du bonheur. N’ayez jamais peur d’aimer car tout être a besoin d’être aimé et vous verrez qu’il vous reviendra beaucoup plus que vous ne l’auriez cru possible.
Si vous croyez en vos rêves assez fort, ils se réaliseront. Foncez dans la vie sans jamais vous retourner sur ce qui a été fait car le monde du succès appartient à ceux qui regardent en avant.
Julie, 17 ans
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Cultiver l’écoute


À toi l’enfant que j’attends.
Dans un peu plus de trois mois tu seras là. Saurais-je te laisser la place?
Dépoussiérer ma vie, l’alléger de tous ses soucis pour t’accueillir libre et sereine?
Il me semble que sans en être consciente, je suis venue ici faire la paix avec Dieu, faire cesser la jeune en moi. Je suis comme Job qui fait une sorte de procès contre Dieu, toujours en récriminations et accusations le rendant coupable de tous les malheurs de ma vie.
En faisant la paix avec Dieu, je pourrai reprendre contact avec mon enfant, avec moi finalement puisque toute mon énergie passe actuellement à me battre plutôt qu’à m’accueillir et m’écouter.
Ici tout est si calme, c’est comme si ma colère n’a plus de prise, plus de raison d’être, tout est si simple et limpide. Je peux laisser tomber les gants de boxe, l’amour me désarme. J’ai tellement mal de dire seulement ce mot. Il me semble que l’amour était si loin de moi depuis si longtemps. Qu’est-ce qu’il y a ici de si fort pour nous reconnecter ainsi à l’essentiel? Ça fait cinq ans que j’avais entendu parler de Champboisé pour la première fois et j’espérais bien venir un jour ou l’autre.
Céline
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


10 jours pour accueillir
J’ai nettoyé la maison, préparé ce bouquet en pensant à toi, priant pour que ton séjour soit plein
Il s’agit d’accueillir, accueillir simplement, en faisant confiance en la vie en toi et alors commence une aventure nouvelle en toi.
Telle est l’invitation que j’ai entendue chaque jour, chaque instant: accueillir, faire confiance. Les 10 jours se sont écoulés comme une seule journée, je me sens au début d’une aventure nouvelle comme une semence jetée en terre.
Anonyme
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


Témoignage

Une musique de silence
Quelques jours s’étaient écoulés
J’avais amadoué ce nouvel univers
Où le ciel me saluait
Au plein matin de rosée
Où les fleurs frémissaient leurs pétales.
J’avais apprivoisé les oiseaux
Avec tous ces yeux qui me regardaient
Et ces grands arbres où la vie bat à grands coups
Qui vous prennent de vertige
Tant on ne peut les maîtriser
Au bord de chaque nuit
Assise dans l’immense cathédrale au ciel d’encre
Je réussissais à cueillir des étoiles
Et personne, il me semblait, ne pouvait lézarder cette harmonie
Au fond de ma tranquille vallée
Mais un midi, J’avais engagé mes pas au bord de la rivière
Là où le soleil n’invente que des pierreries d’or
Lorsque soudain, je parvins à entendre une musique de silence
Jouée sur des instruments inconnus
Dont les ondes marquent l’entrée du grand Temple
De nulle part où je me rends parfois Elle me jette cette vérité en plein visage :
Le temps n’a pas de temps
Sinon celui que l’on veut bien lui donner.
Et doucement, elle me parle de cet autre Monde
Celui du Dedans où je pouvais puiser toujours toute énergie
Tout amour permettant de hisser bien haut
Le drapeau de l’Espérance.
Elle m’invita ensuite à aller vers d’autres ailleurs
Là où les gens ne connaissent ni l’Eau, ni le Soleil
Là où jamais des cris d’oiseaux ne disent le lever du jour
 » Va…, me dit-elle, il faut partir, même s’il te reste tant
A apprendre du Silence, du Jour et de la Nuit, du Tout.
Tu seras l’Eau, l’oiseau et le soleil qui manquent
Va… ce n’est jamais derrière qu’est Demain !  »
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Jeune pèlerine sage
Cher Champboisé,
Tes murs savent écouter; écouter mes souffrances, mes peines, mes joies, mes petits bonheurs, mes prières, etc. Tu es le gardien de mes secrets et de mes rêves. En 24 heures, je suis née. Une nouvelle force a pris forme en moi, la force du bonheur. Avant je n’étais pas heureuse, je ne m’aimais pas, je ne me connaissais pas. Grâce à toi et à ton enchantement, j’ai appris à me connaître, à savoir qui je suis vraiment. J’ai appris à m’accepter telle que je suis et à pardonner à la vie. J’ai appris à m’écouter, écouter ce dont mon corps a besoin (sommeil, nourriture, exercice, etc.) et ce dont mon cœur a besoin (amour, silence, solitude, confiance, harmonie, etc.). Merci d’avoir su écouter mon silence. Merci de m’avoir réchauffée le cœur avec ton feu de pureté. Chaque moment restera gravé dans ma mémoire. Chaque petite mésange, chaque petit flocon, chaque pas que j’ai fait, chaque pensée, chaque conseil, tout ceci restera en moi pour enrichir ma vie de petits bonheurs. Un bonheur que j’espère avoir la chance de revivre à tes côtés, avec ta nature majestueuse et mystérieuse. Merci de m’avoir donné cette chance et merci Dieu de m’avoir accompagné tout au long de mon expérience, car je ne me sens pas seule malgré ma solitude. Je sais que tu es là et que tu marches à mes côtés dans la forêt, que tu soutiens ma main quand je donne de la nourriture aux mésanges. Quand je songe dans l’immortel silence de la nuit que tu es là. Mille mercis
Geneviève, 15 ans
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Accueillir la présence


Histoire de mésanges
Je viens souvent à Champboisé. J’y trouve le souffle pour continuer le chemin. Pendant ce séjour, les mésanges qui ont mangé dans ma main m’ont révélé leur personnalité. Je leur ai donné un nom :
– La pacifique : celle qui s’assoyait presque dans ma main.
– La nerveuse : celle qui arrivait en grognant comme si elle disait : Ne me touche pas.

– La gaspilleuse : celle qui jetait toujours une graine ou deux par terre.
– La cajoleuse : celle qui m’atterrissait sur l’épaule, le bras ou la tête.
– La douce : celui qui atterrissait avec tant de douceur dans ma main.
– Patte froide : dit bien son nom.
Quel plaisir!
Et je me disais, Dieu a du plaisir à nous voir nous approcher de Lui, Il connaît notre personnalité, nos particularités, nos cris, nos joies, notre histoire sacrée.
Toute ma réflexion a tourné autour de ça. Quelle belle œuvre et quel livre que la création!
Hélène
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Cultiver l’écoute


Prendre le temps
Prendre le temps de n’avoir aucune barrière
Prendre le temps de regarder, d’observer
Prendre le temps d’aller s’abreuver à la source, de se faire une bonne bouffe
Prendre le temps d’observer la nature, d’attendre et de nourrir les mésanges, de regarder le brouillard tomber, d’observer le jour et la nuit
Prendre le temps de se réchauffer en buvant un chocolat chaud, de regarder et d’écouter le crépitement du feu dans la cheminée
Prendre le temps de se coucher dans la neige, d’écouter le vent dans les arbres, de regarder la lune et les nuages voyageant dans le ciel
Prendre le temps de se reposer, de dormir, de vivre à son rythme, de songer
Prendre le temps de penser à soi, de vivre pour soi.
À Champboisé, j’ai pris le temps!
Oui, j’ai pris le temps de vivre et non de survivre. Quand on prend le temps, on prend aussi un meilleur goût à la vie. De nos jours, le monde est rempli de distractions qui nous empêchent de songer vraiment, de se connaître, mais aussi de connaître les autres. On peut réaliser qu’il est important de prendre le temps pour soi mais aussi que l’humain n’est pas fait et n’a pas été créé pour vivre complètement seul. Rempli de distractions, le monde nous empêche de connaître vraiment qui est notre prochain. Je ressors d’ici avec cette belle leçon : « Prends le temps » et ce fut une expérience inoubliable.
Élyse
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Le choix de vie
J’ai passé l’été sac au dos et guide à la main. Sept semaines à explorer la France, Rome pour les journées mondiales de la jeunesse, célébration du Jubilée avec le Pape. J’ai vu plein de merveilles, vécu des moments de solitude et fait des rencontres enrichissantes. Ce fut non seulement riche au plan culturel mais aussi spirituel, un long pèlerinage. Le retour à la réalité fut toutefois pénible. Ah! Le travail, les questions, etc. Je dis « questions » car mon périple de cet été était une grande recherche. Depuis plus d’un an déjà, je tente d’éclaircir la question de ma vocation religieuse. Être religieuse, une soeur, moi? Ben voyons! Je suis jeune (25 ans), pas si laide et très potentiellement « mariable » et j’ai une bonne profession. Mais Dieu est patient et puissant avec moi. Tout doucement, il vient à bout de mes résistances et objections. Le rapport avec Champboisé? Il m’est apparu clairement que j’avais besoin d’un temps pour intégrer tout ça. Besoin de silence. Une escapade au désert, car dans le bruit de ma vie, je n’entendais plus rien. Voilà ce que mon court séjour m’a offert. Il ne faut surtout pas penser à tout régler soi-même. Seulement « être » et regarder ce qui « est » (la nature abonde d’exemples). Ne pas tenter d’élaborer de théories. Silence. Attendre jusqu’à ce que quelque chose vienne, avec la foi que ça viendra. Je crois que c’est valable dans toutes les situations. Malheureusement, la société est généreuse en conseils mais pauvre en silence et en simplicité…
Quant à moi, que deviendrai-je? Dieu seul le sait! J’espère seulement que mon petit témoignage t’aura confirmé que l’Église n’est pas morte, que Dieu agit toujours au coeur des jeunes même si l’on croit parfois que la religion est réservée aux têtes grisonnantes (sans rancune pour ceux dont c’est le cas).
La paix soit avec toi!
Julie
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Famille élargie

En un mois, la nature a mûrie. J’ai fait pareil…un peu. On mûrit mieux au rythme de la nature. Entre la nature minérale, végétale, animale et la nature divine, cosmique, spirituelle, je me sens bien. On est en famille, on est parents. C’est le paradis retrouvé, hors du temps, pour quelques temps.
Dieu est un Père qui m’a engendré dans son esprit et qui a pour moi un dessein unique. Dieu est une mère qui m’a conçu et allaité et qui me nourrit tendrement. Dieu est un frère qui grandit en moi.
Dieu, Père, me met la main sur l’épaule et me donne mon bâton de mission qu’il prépare depuis toujours. Il trace mon chemin et me guide.
À Dieu, Mère, je reviens pour me blottir en elle pour lui présenter ma blessure, ma souffrance qu’elle souffre avec moi. Elle m’alimente encore de son essence divine.
Dieu est un frère qui marche à mes côté, qui roule dans le fossé avec moi et me tend le bras pour remonter. A deux, ce n’est pas pareil.
Avec Dieu, père, mère, copain, j’accomplirai, je créerai, de plus en plus, à ma façon, amoureusement, librement, fragilement. En sentant de mille façons la bonne nouvelle : « Je t’aime mon Grand ».
Maurice
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Accueillir la présence
______________________________________________________________________________

Nature changeante
Si tu crois, prie. Si tu ne crois pas, admire, savoure le mystère.
Que tu es belle dame nature. Aujourd’hui il y a tempête comme dans ma vie, je sais que demain le calme se fera. Je me compare souvent à toi, nature, je suis changeante, orageuse, charmante, dépouillée ou sur mon trente-six. Lorsque tu te montres avec tes arbres décorés de neige, ton champ si blanc, si immaculé comme j’aimerais te ressembler. Tu m’apaises.
Lise
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages
______________________________________________________________________________

Le « Pain du jour »
Lors d’un premier séjour, j’habitais la maisonnette 5 et je faisais une épicerie au « Pain du Jour » (la peur de manquer), ma glacière était toujours bien pleine et je cuisinais de grosses quantités de nourriture.
À la quatrième journée j’ai commencé à apprendre. Prendre seulement ce dont j’avais besoin. On vit dans l’abondance. J’ai retenu cette pratique et j’ai commencé à l’appliquer chez-moi.
Je n’avais jamais vu mes tablettes de réfrigérateur car il était toujours plein. J’ai donc diminué l’inventaire et j’achète maintenant ce dont j’ai besoin.
Pour mon second séjour, je suis venue au « Pain du jour » et j’ai pris seulement de la nourriture pour un repas.
Je suis fière de moi car j’ai cassé cette vieille routine de la peur de manquer. Je parle de cette expérience avec mes enfants et ma famille et eux aussi prennent conscience de cette manière de vivre.
C’est aussi vivre au présent.
Guylaine
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


Dédié au millier de personnes qui passeront à Champboisé :
Tant que la neige neigera, il y aura de l’espoir
Elle purifie de son grand manteau toutes les idées noires
Le silence va peut-être vous gruger jusqu’aux os
Laissez-le s’infiltrer doucement en vous
Ne souffrez plus de l’entendre parler tout haut.
Vous avez peut-être peur de rester seul ?
On sait la réponse à toutes nos questions existentielles
Seulement on s’empêche de regarder vers le ciel.
À vous de continuer…
France
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Éveiller le poète


Changement de perspective
J’ai repris contact avec mon courage et ma foi. Non, mes problèmes ne se sont pas envolés mais ils ont repris une perspective plus juste.
Il a fait bon pour trois jours :
– De ne pas être consommatrice
– De ne pas être travailleuse sociale
– De ne pas être mère de famille
– De ne pas être femme de…
– De ne pas être amie de…
– De ne pas être téléspectatrice
– De ne pas être auditrice
– De ne pas être source de

Mais simplement « ÊTRE »J’espère que ma présence a honoré cette maisonnette. En tous cas, j’y ai été sincère.
Cynthia
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


L’interprétation
Avant d’arriver ici j’avais l’impression que tout le monde m’en voulait, que je faisais gaffe après gaffe. Mes parents me tombaient sur les nerfs, j’avais l’impression que mon chum se foutait de moi. Mais en arrivant ici et y réfléchissant bien, je me suis rendue compte que j’interprétais mal tout ce qu’ils disaient. Mes parents ne veulent que mon bien et mon chum m’aime à sa façon. Je suis vraiment heureuse d`être ici. Ça fait du bien de se retrouver seule et de s’occuper de soi-même. Un conseil : ne pas sauter trop vite aux conclusions. Essaye de trouver le bon côté des choses. Je sais que certains problèmes ne se règlent pas aussi facilement mais je suis sûre que tu vas passer à travers.
Cet endroit est formidable. Une chance que ça existe des lieux comme ceux-là.
Prescilla
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


La liberté
Le silence et la solitude ne me sont pas imposés. Je me les offre avec plaisir, en toute liberté. Je viens à leur rencontre, une Xième fois…Mais sur terre, le silence et la solitude absolus n’existent pas.
« Parlez-moi de vous pour que je me taise » vieille chanson d’amour qui se vit ici. Le silence me parle de ce qui m’entoure, de ce que ma vie de tous les jours me fait trop souvent oublier.
Je réalise que je ne suis pas seule et que je partage la terre. La source qui babille au bout de la grande allée ; le vent qui murmure, à travers les branches et les feuilles des arbres, des secrets inaudibles ; les oiseaux aux multiples chants qui ne cessent de m’entretenir ; les insectes qui bourdonnent tout près ; l’eau qui claque et reclaque le même tronc étendu sur son rivage ; le soleil qui éclaire soudainement le boisé ; la pluie qui piétine sur le toit ; la fraîcheur du soir qui soulage.
Non, je ne suis pas seule et je me tais pour mieux les entendre, ces compagnons et compagnes de vie. Ils ne sont pas domestiqués comme je le suis. Ils sont sauvages et naturels, rythmés selon les règles de la nature. En moi, tout au creux de moi, existe aussi un petit coin sauvage, non domestiqué et naturel qui se révèle. C’est ce paysage intérieur que je viens découvrir ici dans mon silence et ma solitude. C’est ce non-dit de moi que je tente d’écouter encore et encore.
France
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


L’appel à la Vie
À toi qui viendras habiter cette maisonnette, je dis : Sois bienvenue chez toi. Tout doucement, dans le silence de ton cœur tu entendras chanter les oiseaux rieurs, tu entendras pleurer les arbres blessés, tu verras des nuits étoilées, tu verras des jours aux nuages gris, tu sentiras l’odeur de la rosée du matin, tu feras la rencontre de lieux sauvages, d’espaces vierges de prairies enchantées. Et soudain, au cœur de ton cœur, tu y reconnaîtras ta vie, l’appel à la vie et possiblement tu feras aussi la rencontre de la Vie qui vient à toi.
Durant un mois, c’est ce chemin qui s’est révélé à moi, c’est cette vie que j’ai accueillie dans le silence et la solitude, c’est cette rencontre de deux amours : moi et Lui qui a refait mon être.
Je te souhaite ce bonheur d’accueillir la Vie qui vient à toi sur ce sol sacré où tout parle d’amour, de vie, de recréation. Quelqu’un t’attend ici : ton cœur. Puisses-tu faire l’expérience de l’habiter, J’y ai beaucoup goûté et cela a saveur de « Revenez-y ».

Jeanne-D’Arc
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Accueillir la présence


Le rythme de la nature
Le silence, la nature, le vent qui souffle dehors, quoi de plus apaisant et de plus relaxant. Champboisé, c’est un lieu pour décrocher de nos soucis quotidiens, de nos obligations, un lieu pour se reposer et arrêter la grande course de la vie d’aujourd’hui et renouer avec soi-même, avec la vie, avec la nature et avec Dieu. Champboisé c’est comme ne faire qu’un avec l’univers et avec nos ancêtres qui avant nous vivaient ainsi. Laisse-toi guider par le silence et par ton cœur, écoute ce qu’ils te disent et vis ta vie pleinement.
Mélanie
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


Être heureux. Certains cherchent le bonheur, d’autres le crée.
Anonyme
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Richesse
Le plus grand bien que nous faisons aux êtres humains n’est pas de leur communiquer notre richesse, mais de leur faire découvrir la leur.
Geneviève

Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Il y a des « possibles »
Il est possible de commencer à se tenir debout sans vaciller, sans fléchir sous la peur;
Il est possible de commencer à marcher, sans tituber, de choisir un chemin à soi, de se frayer un passage au travers des obstacles et des doutes;
Il est possible de commencer à parler, avec hésitation peut-être, mais avec des mots à soi. Il est possible d’oser.
Il est possible de dire son ressenti, ses émotions, ses positionnements.
Il est possible de prendre le risque de s’égarer, d’avoir mal.
Il est possible de prendre le risque de ne pas être toujours compris ou entendu.
Il est possible d’apprivoiser plus la solitude pour une rencontre avec le meilleur de soi.
Il est possible de commencer à sortir des besoins et des marques de l’autre sur soi pour vivre des relations de plaisir où le désir peut jouer en toute liberté dans l’espace qui nous habite dans celui nécessaire à toute rencontre.
Il est possible de vivre des commencements et des naissances sans se faire du mal, sans entrer dans la blessure d’autrui.
Il est possible de commencer à naître plus proche à nouveau avec soi-même, de se reconnaître dans les rêves, dans la tendresse, dans le partage des mots.
Quand l’impossible par l’écoute et le regard de l’autre se transforme en possible, merveille!

François
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Une musique de silence
Quelques jours s’étaient égrenés
J’avais amadoué ce nouvel univers
Où le ciel me saluait
Au plein matin de rosée
Où les fleurs frémissaient leurs pétales.
J’avais apprivoisé les oiseaux
Avec tous ces yeux qui me regardaient
Et ces grands arbres où la vie bat à grands coups
Qui vous prennent de vertige
Tant qu’on ne peut les maîtriser.
Au bord de chaque nuit
Assise dans l’immense cathédrale au ciel d’encre
Je réussissais à cueillir des étoiles
Et personne, il me semblait, ne pouvait lézarder cette harmonie
Au fond de ma tranquille vallée.

Lise
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Éveiller le poète


Un temple aux portes ouvertes
Bienvenue à toi, Cher(e) Ami (e)
Très bonne retraite à Champboisé. La nature est si belle et si parlante quand on sait la regarder de près et l’écouter avec attention.
Pendant six jours, je l’ai regardée, je l’ai observée, je l’ai écoutée, j’ai essayé de me laisser prendre par elle, j’ai essayé aussi de la prendre avec moi. Je l’ai touchée, je l’ai sentie, je l’ai goûtée, je l’ai appréciée, je l’ai aimée.
Dans cette communication avec la nature, j’ai découvert qu’elle était un grand temple vivant dont les portes restent toujours ouvertes. J’ai essayé de pénétrer à l’intérieur de ce temple et, en y entrant, j’y ai découvert un tabernacle dont les portes étaient fermées. Dans ce tabernacle, je me suis reconnue, j’ai forcé les portes et, à l’intérieur du tabernacle que je suis, j’y ai découvert, blotti, Dieu qui m’attendait là. En observant plus à fond ce temple, j’y ai découvert une multitude de tabernacles, et, dans ces tabernacles, j’ai reconnu l’autre : mon voisin, ma soeur, mon frère, mon collègue de travail, tous ceux que je rencontre chaque jour sur mon chemin.
Seigneur, merci pour cette grande découverte. Merci pour le temps que tu m’as donné pour tourner mon regard vers Toi par le canal de la nature.
Merci pour ce temps d’ouverture à la nature, à l’autre, à Toi et à moi-même.

Anonyme
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Vaincre sa peur
Il est temps pour moi aussi de vivre sous mon vrai visage. Oui, je vis la peur. Je reste tout de même fort et vaillant. Plus tôt aujourd’hui, lorsque le soleil venait de se coucher, j’ai décidé d’aller me recueillir à la source avant que la nuit s’installe. Je m’y suis rendu en marchant tranquillement tout en songeant à ma vie misérable. Rendu là où les arbres poussent le long du chemin menant à la source, la peur m’a envahi. Mais peur de quoi? Il n’y avait rien pour m’effrayer. Rendu à la source, j’ai pris quelques gorgées d’eau et soudain je me suis mis à courir, courir comme je ne l’avais jamais fait avant. Plus je courrais, plus la peur me gagnait. Je tombais partout mais rien ne pouvait m’arrêter. C’était comme si je me sauvais de moi-même, comme si je me sauvais de ma propre identité. J’ai couru sans jamais m’essouffler. Après cette course dans la neige, j’ai décidé de revenir dans ma maisonnette pour me calmer. C’est drôle comment on peut s’effrayer parfois, il faut toujours courir plus loin et plus vite. Ici, c’est le silence total, je peux entendre l’eau qui tombe du toit sur la galerie. A l’extérieur, c’est le silence qui règne mais dans ma tête tout semble crier. Mon cœur reste silencieux, mais mon âme crie à l’aide. Ma vie a trouvé un nouveau sens grâce à Champboisé. Ce vingt-quatre heures n’est qu’une parcelle de ce qu’un mois pourrait me faire. J’ai découvert l’amour et la confiance qui étaient cachés à l’intérieur de mon cœur. J’espère que cela durera le reste de ma vie. J’ai enfin retrouvé l’inspiration qui me manquait depuis longtemps, trop longtemps même.
Luc
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


Petites méthodes de mise en route
Et pour toi qui me relaie dans ce lieu de grâces.
Viens! Laisse-toi accueillir dans la confiance.
Vois! Ce qui t’habite en apprivoisant la nature.
Vis! L’espace et le temps qui libèrent.
Va! En nourrissant ton rêve de « donner » et de « te donner », tu le dépasseras!
Rita
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


Calme-toi, Champboisé t’ouvre ses bras,
Cueille en passant un brin d’herbe, une fleur,
Caresse une feuille et vois sa douceur,
Cherche dans ton cœur ce qui ne va pas
Habitue-toi à regarder le beau
Habite cette maison qui t’accueille,
Honore Dieu présent dans chaque feuille
Héberge-toi près des fleurs, des oiseaux !
Approche-toi de tout ce qui est vie,
Allume avec respect le feu du soir
Assieds-toi pour te reposer et voir,
Accueille chez toi le don de l’Esprit!
Médite dans ton coeur tout ton passé
Meurs à tout ce qui t’a conduit au mal
Mange lentement ton repas frugal
Mélange tes peines au miel parfumé.
Promène-toi par les sentiers boisés,
Pose ton regard sur chacun des pins,
Parfume-toi de l’odeur des sapins
Puise en chaque être la paix, la bonté !
Oublie le passé, oublie les chagrins,
Ordonne en toi tes pensées, tes idées,
Ôte de ton cœur le goût du péché,
Ose espérer au bonheur de demain!
Invite les autres à entrer chez toi,
Imagine ton cœur rempli de fleurs
Inspire-toi de toutes les couleurs,
Illumine ta vie, tu seras roi !
Surprends la cigale en train de chanter,
Soulève un tronc mort, regarde la vie,
Souviens-toi : ta vie commence aujourd’hui
Sème la paix, pour la paix récolter!
Éloigne-toi des bruits artificiels,
Écoute la rivière et la montagne,
Entends le calme et la paix des campagnes,
Espère en Dieu, Élève-toi au ciel.
Donald
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


Une maxime
Ce n’est pas tant la destination qui importe que le voyage!
Michel
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


Un repos nécessaire
Quel contraste! Il y a deux jours, j’arrivais ici, triste, fatiguée, vide. J’avais du mal à mettre un pied devant l’autre. J’avais du mal à me réjouir de ce séjour. Aujourd’hui, je comprends mieux d’où je suis partie et où j’en suis aujourd’hui.
Mon cœur était fermé. Il ne répondait plus. Il s’était fermé pour éviter la souffrance, la confrontation avec moi-même…
Je sais maintenant que c’est encore plus souffrant de se fermer, de s’enfermer dans une carapace et de ne plus rien sentir. Le repli sur soi peut être bénéfique par moments, se retirer pour réfléchir et comprendre est parfois même nécessaire. Mais je crois qu’il faut savoir aller de l’avant.
En ce moment, je sais que mon coeur est encore plus ouvert. Chaque son, chaque chant d’oiseau me pénètrent et me remplissent de joie. Je me sens comme un petit enfant qui s’émerveille devant une sauterelle qu’il voit pour la première fois de sa vie.
Merci mon Dieu de m’avoir amenée jusqu’ici…jusque dans mon cœur. Je me sens remplie de lumière, de rêves, de chants d’oiseaux, du bruit du vent dans les arbres, du ruisseau. Je me sens vulnérable et forte à la fois. Je me sens redevenir enfant … Je suis une femme encore plus grandie.
Johanne
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


Une parole de sagesse
L’aventure ne se trouve pas à l’extérieur. Elle est à l’intérieur.
Bon séjour à toi.
Francine
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


A partir des blessures
Bonjour pèlerin,
Nul ne vient ici s’il n’a rien à découvrir sur lui-même ou sur le sens de la vie avec Dieu, sinon, alors repose-toi bien et admire le décor. Si Dieu t’a appelé ici, mets-toi à l’écoute, il te parlera, il atteindra ton cœur d’une façon toute douce, sans fracas en respectant ta sensibilité. Laisse tes grands concepts, tes grandes thèses, ta ratio à la porte d’entrée. Fais-toi petit enfant qui se laisse raconter une merveilleuse histoire, celle de sa beauté intérieure. J’étais venu ici pour rencontrer une ou des blessures, je n’ai rencontré que moi et mes faiblesses, mais alors, quelles sont belles puisqu’elles me relient à Jésus. Elles m’obligent à avoir besoin de Lui. Quelle merveille inespérée, savoir que jusqu’à la fin sa présence m’est acquise seulement et justement parce que je suis blessé et faible. Oublie ta science et laisse la nature te parler simplement, tu verras elle te mènera au cœur de ton être qui te retournera l’écho de la beauté infinie qu’Il est lui-même.
Normand
Référence biblique : Yahvé dit à Abraham :
« Je te donnerai en propriété perpétuelle le pays de tes migrations. (Gn.17, 8) »
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


Se faire confiance
Champboisé fait partie de ma vie depuis l’âge de 15 ans. J’y viens me ressourcer quelques fois par année pour une fin de semaine, en me promettant chaque fois d’y revenir pour une semaine complète la prochaine fois. Cette fois-ci, j’ai surtout pris le temps de me détendre, de lire et d’écrire. Je termine une exigeante session d’Université et j’imagine que j’avais plus besoin de me reposer que de réfléchir intensément. Je suis venue ici pour me retrouver. Je m’apprête à relever un grand défi, partir 80 jours en Amérique Centrale, seule, sac au dos…Il s’agit-là d’un merveilleux projet, emballant et stimulant. Mais j’ai aussi certaines craintes à dépasser. En fait, mon plus grand défi, je crois, est de faire assez confiance à la vie pour quitter tout ce que je possède, ma famille et mes amis, toutes mes bases de sécurité pour m’aventurer vers l’inconnu, avec la certitude que cela en vaudra le coup, que tout ira bien, que la vie saura me mener sur le bon chemin et me présenter les opportunités qui me permettront de grandir. Je veux faire confiance à la vie, ou, du moins, trouver l’équilibre entre les deux. Ahhh! L’équilibre…
Ce projet de voyage me permettra aussi de me faire confiance, et d’être moi, toute moi, seulement moi, en toute authenticité, ce qui n’est pas toujours facile.
Mon voyage est une quête, tout comme l’est probablement ta retraite à Champboisé. Je penserai à toi, pèlerin.
Marie-Aude
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


Les réponses sont en toi
Je te souhaite de découvrir ce pourquoi tu es ici. Toutes les réponses sont en toi, il s’agit de regarder avec un regard neuf rempli d’amour, de tolérance, de tendresse et de compassion. Tout est possible à celui qui est honnête, envers toi d’abord. Cette honnêteté te conduira à la compréhension et à l’acceptation. Premiers pas vers un toi plus heureux, plus ouvert et plus vrai. Bonne route à la découverte du monde, à la découverte de toi!
Martin
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


S’émerveiller
On vient tous ici pour différentes raisons, on vient y chercher quelque chose, un cadeau. Plusieurs recherchent la sérénité, la paix intérieure, Dieu ou des réponses à nos problèmes.
Ce que je veux dire, c’est que peu importe combien vous êtes sûr de ce que vous venez chercher, ce qu’il vous faut c’est de garder le coeur, l’âme et les yeux ouverts. Il est difficile de savoir ce dont on a le plus besoin et c’est souvent bien différent de ce que l’on veut ou croit vouloir.
Face à cela, j’ai commencé à me demander ce que Champboisé pouvait vraiment m’apporter. Qu’est-ce que ce lieu avait que je ne pourrais trouver ailleurs? La réponse fut aussi simple que complexe : « la beauté ». Ici, je pouvais réapprendre à voir et à m’émerveiller des petites choses.
C’était ce que j’avais besoin de trouver en ce moment dans ma vie. Je n’y aurais jamais pensé si on ne me l’avait pas mis devant les yeux
Alors ne cherchez pas à trouver ce que vous êtes mis en tête de trouver, ouvrez plutôt les bras à ce qui vous est donné de trouver. La raison des choses est parfois bien différente de celle que l’on croit.
Valérie
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


« Dans la vie, se tromper de chemin nous permet parfois d’en découvrir de meilleurs. »

Sylvie

Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


Participation obligatoire
Veux-tu vivre une expérience merveilleuse? Arrête, écoute, sent, touche, en un mot accueille. Laisse de côté lecture, dessin, bavardage, etc.
Tu seras content ou contente de ton séjour dans la mesure de ta participation et ton accueil. L’animateur n’est qu’un guide. C’est toi et Dieu qui faites la plus grosse part.
Louisette
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Alléger les bagages


La parabole de la cascade :
L’eau de la cascade chante grâce aux rochers et aux pierres qu’elle rencontre sur sa route. Elle contourne les rochers, glisse dessus, saute parmi les pierres, se repose un moment puis reprend sa course toujours en chantant.
Les obstacles, les difficultés rencontrées peuvent faire chanter ma vie si je sais les accueillir et m’en servir pour grandir et aller plus loin. Voilà la leçon que j’ai puisée en contemplant et en écoutant la cascade. Fais-en autant…
Ce court séjour m’a vraiment amenée à renouer mes liens avec la nature et le Dieu de la création. Une grande joie m’envahit! Je t’en souhaite autant.
Claire
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Cultiver l’écoute


La cruche à la main
Bonjour à toi qui viens d’ailleurs, le cœur avide, assoiffé, à la recherche de ce qui t’habite et qui émerge au fond de ton être. Tu verras, cette maisonnette te permettra de voir passer bien des personnes, la cruche à la main, elles aussi assoiffés. Puisses-tu goûter toi aussi aux bienfaits de leur soif et de leur désir de Dieu, de vie, de tendresse.
Tu verras, tu auras le goût toi aussi de faire comme ces femmes et ces hommes venus d’ailleurs. Prends, toi aussi, le chemin jusqu’à la source pour goûter l’eau de la vie. Tu n’es venu à Champboisé qu’à cause d’une source qui t’appelle à renaître. Il y a ici pour toi une expérience à vivre.
Bonne route extérieure et intérieure.
Une passante qui en est à sa quatorzième année.
Diane
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Éveiller le poète


A gift to your friends
Welcome dear friend to the peaceful haven of cabin #6 where good spirit dwell. My first time here and I would like to gift it to my parents, my sons, my friend, all those near and dear to me. If you have children, give them this gift of time out and time within, it might be the only opportunity that they will ever have to take a look at themselves. I am a 42 years old addict and recovery. I came here to do step 4. A fearless and moral inventory of my life. Wow! My sponsor is in cabin #7 for support. I am leaving with a new found freedom from the chains that kept me bound to the past. Thank you Creator for the courage you gave me. Thank you mother earth for your tender embrace.
Mitake
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Se déprogrammer
Avant de venir à Champboisé, je m’étais monté un scénario. Je m’étais pratiquement fait un horaire des activités que je ferais. Je voulais rire à un tel moment, pleurer à un autre, être en paix à un autre moment. Je voulais profiter au maximum de ce court vingt-quatre heures. Mais, j’ai eu tort. J’ai eu tort de vouloir tout contrôler, tout diriger. Quand je suis arrivée, j’ai tout de suite compris que rien ne se passerait comme je l’avais prévu. J’ai ouvert mes yeux, j’ai vu. J’ai vu une beauté que j’ai toujours refusé de voir. Une beauté si extraordinaire, si inspirante. Qu’y a-t-il de plus merveilleux que la nature? Le ciel d’un bleu si clair, les arbres si grands, si forts, les oiseaux qui gazouillent si confiants qu’ils viennent manger dans ta main. Le vent qui caresse doucement ton visage, le soleil brillant de tous ses feux. La nature nous parle, prenons le temps de l’écouter.

J’ai pris le temps…et j’ai compris. J’ai compris que tout a une raison d’être. J’ai compris qu’il faut profiter de la vie au maximum car on ne sait jamais ce qu’elle nous réserve. J’ai compris qu’il ne faut pas prendre pour acquis ce que nous possédons car un jour on peut tout perdre. J’ai compris qu’il fallait aimer de tout son coeur car les gens qui nous entourent ne sont pas éternels. Je suis venue ici avec l’intention de tout remettre en question, de tout changer. Je suis venue ici pour remettre en ordre tout ce qui se bouscule dans ma tête. Champboisé m’a fait redécouvrir mes cinq sens qui étaient paralysés et mal utilisés. Au lieu de faire de l’ordre dans ma tête, j’ai fait le vide. J’ai pu faire la paix avec moi-même. Pourquoi partir déjà? Mais je ne repars pas les mains vides, non, je repars le coeur heureux d’avoir eu la chance de connaître Champboisé.
Valérie
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Cultiver l’écoute


L’ombre et la lumière
Et oui! Une autre page de mon histoire, de ma vie, vient de s’écrire à Champboisé.
J’y ai vécu mes peurs, mes tourments, mes étouffements, mes pleurs, mes abandons. J’y ai vécu des défis, des découvertes, des émerveillements et rencontres. La plus importante fut celle de mon Dieu d’amour et Sa miséricorde, Sa bienveillance.
J’y ai accepté mes imperfections, mes ombres, et j’ai consenti à ma vie, à mes blessures et à mon passé. J’y ai trouvé un sens.
« Être libre, accueillir, consentir, accepter pour donner »
J’accueille de plus en plus ce Dieu d’amour en moi. Je veux qu’Il habite ma demeure, mon intérieur pour l’éternité.
J’ai aussi compris que l’amour et mes peurs, l’ombre et la lumière, peuvent cohabiter ensemble. Petit à petit, l’Amour transformera mes ombres en lumière pour que je puisse transmettre ma joie de vivre aux autres.
J’accepte la rivière telle qu’elle est, avec ses cailloux gris, ses cailloux blancs, ses torrents de joie et de malheur, la vie qui coule en moi.
« Il faut mourir à soi pour être soi »
À toi, celui ou celle, qui passeras à ton tour dans cette maisonnette n’oublie jamais ceci :
Qui que tu sois, où que tu en sois dans ta vie, Dieu t’aime tel que tu es, sans condition. Rien, ni personne ne peut rompre le lien, l’amour qu’Il a pour toi.
Je te souhaite de retrouver ton cœur d’enfant pour t’émerveiller et accueillir le projet de vie qu’Il a pour toi.
Bon rendez-vous avec toi, la nature, ton Créateur, ton Dieu. Ils ne forment qu’un.
Claire
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Accueillir la présence


Le bavardage intérieur
Merci à ma sœur Dominique pour son magnifique cadeau d’anniversaire : 6 jours à Champboisé à l’occasion de mes 40 ans.
Tranquillité, contemplation, abandon et silence… Silence si on arrive à taire l’incessant bavardage intérieur : Très têtu celui-là. J’y suis arrivée par petits moments, quelques minutes, quelques secondes, mais combien précieux.
Sylvie
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Cultiver l’écoute


Mon Bouleau
Un bouleau blanc de ma fenêtre
Me salue tous les matins
Sa grande robe blanche
Sans aucun ornement
Revêt un air de pureté
Il attire l’attention
Étant la seule clarté de son entourage
Il n’est pas comme les autres…il est différent
Par sa forme, sa blancheur et sa nudité
Il doit être assez vieux puisque son corps
Penché vers l’avant, lui fait voir son allure
Par le truchement de la rivière qui le reflète
Comme dans un miroir.
Un bâton est accroché à une des ses branches
Probablement un passant voulant lancer ce bâton à l’eau
Mais mon bouleau l’a attrapé pour s’en faire
Une croix qu’il porte toujours sur lui.
Tout près de mon bouleau, il y a un arbre noir
Qui contraste avec la pureté de mon bouleau
Il est un peu desséché mais il reste
Quelque vitalité au bout des bras
Il semble avoir grandi en orgueil
Épuisé par les blessures de la vie
Il s’appuie sur mon bouleau
Comme pour s’en faire un ami
Et avoir un protecteur et mon bouleau
Se réjouit d’avoir sauvé cet arbre et
Lui procure tendresse et amour
Et beaucoup plus encore.
La nature nous parle…il suffit d’écouter…
Nicole
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Éveiller le poète


Il neige,

je suis bien au chaud, trop chaud même pour mon âge…Je n’ose pas sortir pour marcher, on enfonce jusqu’aux cuisses et je veux garder mes forces. J’aimerais laisser un message sur la vie à ceux qui suivront, comme un cadeau :
Pense librement, pratique la patience, souris souvent, savoure les moments précieux.
Fais-toi de nouveaux amis, redécouvre les anciens, raconte-leur ce que tu aimes, ce que tu fais.
Sens-toi au plus profond de toi, éloigne les soucis, oublie les problèmes, pardonne à ton ennemi, vis dans la conscience.
Tiens tes promesses, prends des chances, essaie de nouvelles choses, va droit au but.
Cultive les bonnes idées, fais quelques erreurs, apprend de celles-ci.
Observe les petits miracles quotidiens, fais en sorte qu’ils se réalisent, ramasse quelques fleurs, et partage-les.
Sois fou! Parle aux oiseaux, ris de tout ton cœur, disperse la joie autour de toi, souviens-toi.
Regarde lever le soleil, écoute la pluie, observe l’arc-en-ciel, contemple les étoiles, vois la beauté simple partout.
Donne, fais confiance, ralentis, laisse quelqu’un entrer dans ton cœur, sois tendre avec toi parfois, comprend.
Espère, grandis, travaille fort, sois audacieux, essaie de comprendre, pleure quand tu en as besoin.
Fais confiance en la vie, garde foi en elle, en Dieu, apprécie la contemplation, réconforte un ami.
F. L.
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Les choses simples de la vie
Je pars demain matin. J’emmène avec moi l’expérience de solitude. Je prendrai le temps d’être seule avec mon Sauveur, mon Dieu.
J’ai pris le temps d’écrire à mes quatre enfants et à mon cher mari. Pourtant, je vis avec eux tous les jours et je prends pour acquis des petites choses si simples de la vie. J’ai eu le temps de prier, de jeûner, de lire ma bible et d’écrire. Surtout j’ai pris le temps de rencontrer Dieu.
Merci pour cette belle occasion. Je vous souhaite de prendre le temps et de le tenir dans le creux de votre main pour un instant de plénitude avec Dieu et avec vous-mêmes.
Hélène
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Le hasard est le chemin que Dieu emprunte quand il veut voyager incognito
(Albert Einstein)
Anonyme
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Cultiver l’écoute


Devenir Pain
Au fil des jours, à Champboisé, j’ai compris qu’on devait nous aussi devenir PAIN si l’on voulait nourrir les autres du don de Dieu. Et pour y arriver, il faut passer par l’épreuve du pain, c’est-à-dire :
– se laisser moudre comme le blé dur en une farine fine et devenir comme ces humbles poussières blanches,
– se laisser mélanger aux autres ingrédients qui vous entourent, fussent-ils très différents de vous
– ne faire qu’un avec eux afin de devenir une seule pâte, qui se soulève et se gonfle pour mieux alimenter,
– se laisser mouler dans le récipient de la souffrance où fleurit toute vie spirituelle profonde,
– se laisser purifier par le feu des épreuves comme cette même pâte qui prend toute sa valeur au contact du feu de bois,
– accepter de se laisser bousculer et pétrir par des évènements et des mains qui ne sont qu’instruments de Dieu.
Si tu acceptes de devenir du pain, alors, une paix et une joie profonde inonderont ton âme et au fond de toi, tu entendras le Maître te dire :
 » Merci, mon frère, merci, ma sœur, je t’aime et te bénis, car tu vois, Moi aussi, je me suis fait PAIN !

Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


A feast for the senses
The notebook that belonged to cabin 3 before this one was started in 2003, if I remember correctly. That notebook was completely filled by previous occupants of this cabin, and so here, I am, the first person to begin this notebook. It feels like an awesome responsibility as I had the opportunity to read the remarks, learning, etc. from all those who came before me. Their comments are so unique, so deeply moving, poetic, touching…what can I possibly say? I came to this retreat center last Friday. I’ve wanted to go on a silent, contemplative retreat for several years now and made several attempts to book weekends at other places but for one reason or another, never followed thru. For whatever reason, fate and destiny brought me here, this past week and all I can say is that this long awaited, much anticipated experience has exceed my expectations, hopes, dreams…
On one level, it has been a feast for the senses:
– See: the lush vibrant green on the new grass and leaves on the trees such as they are in late spring / early summer; the
huge trees, so imposing; the birch trees whose leaves provide such beautiful dappled shade on these hot, hot days; the grey fog / mist that appears over the horizon; Maya the dog’s big eyes.
– Smell: candle wax, sulphur of the matches; the fresh air all around me; the sulphur smell of the water in the bathroom; the kerosene lamp oil; the pear flavoured herbal tea I brought from home and didn’t really think I would enjoy but did.
– Taste: The delicious cheese; the exquisite honey, Wow! The spring water from the source, wow! The boiled potatoes with butter, salt and pepper I had for dinner, so simple yet so delicious, so satisfying.
– Hearing: The birds (all kinds), the dog, peoples voices off in the distance; the wind rustling through the leaves of the trees; the very annoying mosquitoes and flies continually buzzing around my head and body; the rain falling at night; frogs and insects chirping off in the distance at night; people singing at Mass, saying the responses together; the Priest’s gentle, southing voice, compassionate remarks.
– Touch: Maya the dog’s lovely fur coat; the wonderful showers every morning soothing the itchiness of my skin after many mosquito bites.
As if this sensual “work out” were not enough, I have, over the past 6 days, become aware ever so slowly, gradually of who I am, moment by moment. I have been so blessed by this unique opportunity to stop and begin to get in touch with the real me and in so doing deepen my relationship with God.

Ruth
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Se mettre en route


Se dire « merci »
As-tu pris le temps de te dire merci d’être venu vivre quelques jours ici? Je dis merci à ma fille qui m’a offert mon séjour d’une semaine comme cadeau de Noël 2000, et merci à moi qui ai décidé de m’offrir ce cadeau pour fêter mes 55 ans. Merci surtout à Dieu qui me prête vie et me permet de vivre de si belles choses.
Yvette
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Accueillir la présence


Mon voyage intérieur
Je reviens à Champboisé après quatre ans : tout y est semblable et tout est différent, tout a progressé! La nature a changé! Elle est aussi belle, mais différente.
Et moi aussi, je me découvre différente. Je ne me sens plus attirée par les mêmes choses ; je m’alimente différemment et surtout j’ai cheminé, j’ai changé par en dedans.
Mon séjour fut important, mon voyage intérieur a touché mes limites et je me suis rendue plus loin tout au fond de moi Je repars plus réaliste! Mon grand désir : renaître d’esprit comme Jésus invite Nicodème à le faire. Renaître d’Esprit, c’est à dire me laisser transformer par l’Esprit en ayant un cœur ouvert et confiant! Finies les performances, le grand idéal de perfection ! (Je l’espère)

Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


Les choses simples de la vie
Je pars demain matin. J’emmène avec moi l’expérience de solitude. Je prendrai le temps d’être seule avec mon Sauveur, mon Dieu.
J’ai pris le temps d’écrire à mes quatre enfants et à mon cher mari. Pourtant, je vis avec eux tous les jours et je prends pour acquis des petites choses si simples de la vie. J’ai eu le temps de prier, de jeûner, de lire ma bible et d’écrire. Surtout j’ai pris le temps de rencontrer Dieu.
Merci pour cette belle occasion. Je vous souhaite de prendre le temps et de le tenir dans le creux de votre main pour un instant de plénitude avec Dieu et avec vous-mêmes.

Hélène
Extrait du Livre du 30ième anniversaire dans Devenir pèlerin…


J’ai pris un petit break pour deux jours…

Parfois, on est tellement occupé qu’on oublie de penser à soi-même. Je suis de ce genre de personnes qui vit à 100 milles à l’heure. Oui, je ne suis qu’une étudiante, je n’ai que 18 ans, mais ça ne veut pas dire que je ne passe pas au travers d’expériences difficiles. J’ai passé et je passe au travers de choses qui me troublent et j’ai réalisé que je ne me donnais même pas la peine de m’écouter. Je n’était pas du tout honnête avec moi-même. Une personne m’a donc référé à Champboisé. Ça me semblait un peu drôle, car ils appelaient ça une retraite. Je pensais que c’était une place pour les gens plus âgés. Au contraire : tout le monde est le bienvenu. J’ai donc pris un petit « break » de deux jours dans mon été complètement chargé. Wow !
J’ai eu de la chance, la température était de mon côté…mais je dois avouer que cet endroit est de toute beauté. Des paysages à en couper le souffle…et quel bel endroit pour regarder les couchers de soleil ! J’ai donc pu me ressourcer entourée de la nature fleurissante et des oiseaux chantants ! Là-bas…la nature nous parle. Comme j’ai mentionné plus haut, je ne me laissais pas le temps de me parler à moi-même, de m’écouter et de régler mes problèmes personnels et ceci me rendait malheureuse. À Champboisé, j’ai eu le temps et les outils pour m’ouvrir à moi-même…à être franche envers moi. Oui, j’ai eu beaucoup de peine…mais je crois m’être pardonné plusieurs erreurs, avoir pansé plusieurs blessures et avoir surmonté des obstacles personnels. C’était le meilleur endroit pour le faire.
J’était seule tout le temps, il y avait un chien que je pouvais promener et un guide qui pouvait me conseiller si j’en avais besoin. Mais la meilleure ressource qui m’a aidé, c’était la nature. Je me suis promenée presque toute la journée dans les sentiers à réfléchir et relaxer. Du temps juste pour moi. J’ai nourri des oiseaux, j’ai été souvent à la source, je me suis « balancée »…mais j’ai surtout écrit. Si un jour vous y allez…apportez crayon et papier ! Bref, cet endroit était un repos pour l’âme, mais surtout une place pour ouvrir grand son cœur pour laisser sortir les blessures et faire place à l’amour de la vie. Bien entendu, si vous laissez une petite place pour Dieu, Il pourra vous accompagner dans votre cheminement et vous aider à être fort.
J’ai tiré quelques leçons de mon séjour. Entre autre…vivre au jour le jour ! Mais c’est différent pour chacun. Donc si je peux encourager qui que ce soit à y aller, n’hésitez surtout pas…vous ne le regretterez pas, c’est certain ! Il faut y aller au moins une fois dans une vie ! Ça peut juste être bénéfique pour votre petite personne qu’on laisse souvent de côté…

Mylène


En hiver à Champboisé
Ce qui frappe en hiver, c’est le silence. En hiver pas un moustique qui ne bourdonne à damner, pas de raton laveur dans les poubelles, pas d’écureuil sur les toitures… C’est aussi la clarté de la nuit, de la lumière qui vient de la neige… C’est encore  l’effort d’aller chercher l’eau à la source en raquette, de charrier le bois de chauffage en traineau… C’est l’accueil des mésanges l’après-midi, toutes joyeuses de la compagnie et qui viennent manger dans nos mains. Finalement c’est la découverte que dans une nature à première apparence inhospitalière, rigoureuse et endormie, on finit par découvrir la joie dans la plus grande simplicité du moment présent. Voilà les images qui émergent au souvenir de mon séjour à Champboisé en février 2008 avec 200 cm de neige au sol!

Yves


Une rencontre d’une journée à Champboisé

Les réaménagements du Centre nous offrent désormais la possibilité d’utiliser la salle à manger comme seconde salle de rencontre et ce, en cohabitation avec les séjours en solitudes et les séjours avec animation. Ce fut le cas de l’équipe de pastorale de la paroisse Jean XXIII  début novembre qui nous a fait parvenir le mot suivant :

Notre journée de ressourcement comme équipe pastorale à Champboisé, le 4 novembre 2008, a été fort apprécié de chacun.

Pour le calme et la beauté de ce lieu magnifique et ressourçant en soi.

Pour l’animation tout en douceur et en attention de Gilles, attentif à nos besoins, à notre rythme, à nos échanges.

Pour le repas si bien préparé aux saveurs et aux couleurs de cet endroit.

Pour la réflexion profonde sur le thème de l’Avent et pour l’Eucharistie.

Pour la possibilité de faire un bout de réflexion dehors : il faisait si beau.

Pour les mésanges qui sont fidèles à nous visiter, si on leur tend la main.

C’était si bon que nous parlons pour l’an prochain de coucher une nuit pour prolonger cette expérience unique et savoureuse.

Un grand merci pour votre accueil.

L’équipe pastorale de la paroisse Jean XXIII


Un Samedi de méditations

Samedi, le 15 novembre, j’ai eu l’occasion de me joindre au groupe de Fabrice Blée à Champboisé  pour vivre une journée de fraternité, de silence et de méditation.  Site enchanteur et propice à la découverte du « soi »,  le programme est habilement tissé pour  permettre de découvrir les défis du « silence » et de la méditation, et cela, tout en introduisant les aspects techniques de la méditation.

La fraternité est au cœur de cette belle journée. Le silence et la méditation sont, en eux-mêmes, des outils de communication. « Samedi méditation », c’est faire l’expérience d’un bien  être général qui nous englobe alors que nous rentrons, en tant qu’individu,  dans des moments de profond silence et de méditation. Ces moments de silence ne font qu’enrichir les échanges entre participants, lesquels meublent également cette belle journée.

Marcel


Une journée à Champboisé

Après discussions dans le cadre du cours intitulé   »Deuil, pardon et solitude », donné au Centre des aînés de Gatineau, nous avons décidé d’organiser une visite à Champboisé pour mieux comprendre la mission  de cet organisme.

M. Gilles Ouellet nous a accueilli, fait visiter l’emplacement et a animé une session pour initier le groupe à la mission de Champboisé.  Dans son animation, il nous a sensibilisés à l’apprivoisement de la solitude.  Cette session a permis de faire le lien avec notre cours, en plus de nous sensibiliser aux différentes possibilités d’activités de séjours solitude-ermitage.

Le groupe a également bien apprécié l’accueil et le repas de style végétarien  préparé par le personnel de Champboisé ainsi que l’animation offerte par M. Ouellet qui a su agrémenter ce repas avec des allégories portant à réflexion.

Parmi les quinze participantes à cette journée, un bon nombre a signifié le désir de vivre un temps d’intériorité plus tard au printemps ou à l’été, ou encore de participer à une des activités offertes par le Champboisé.

Dianne.